DEPRESSIONS

PRIS DANS LA GLACE

L’origine de la dépression me semble être comme une poche de vie non vécue, d’émotions endiguées, d’imagination étouffée, de souffrance et de colère non résolues. Liz Greene

Longtemps les termes dépression et mélancolie, désignèrent un seul et unique état : celui d’avoir un rapport douloureux et solitaire au monde, représentant un signe d’élection qui distinguait les âmes raffinées et sensibles et définissait moins une maladie qu’une posture. Cet état d’être « romantique » a irrigué l’imaginaire de nombreux artistes jusqu’au début du 20e siècle. L’avènement de la psychologie et de la psychanalyse ont permis de reconsidérer la dépression comme une maladie psychique touchant une large population (actuellement 100 millions de personnes sont atteintes chaque année) et qui se manifeste sous différentes formes cliniques : en effet, l’affection présente un caractère hétérogène, il n’y a pas une dépression mais des dépressions, classifiées et catégorisées par diverses organisations internationales de santé : dépression mélancolique, dépression anxieuse, dépression délirante, dépression avec ralentissement, dépression atypique, dépression saisonnière

Dans nos conversations courantes, nous avons tendance à employer le terme déprime pour désigner une tristesse passagère et circonstancielle, sans réelles conséquences, et à utiliser le terme dépression pour évoquer un malaise psychologique profond ayant des répercussions sur la santé physique et sur la vie sociale du sujet. Le degré d’intensité du mal-être règle l’usage linguistique de l’un ou l’autre terme. Ce critère d’intensité est aussi pris en compte sur le plan psychiatrique mais pour qualifier un syndrome dépressif caractérisé par la diversité de ses symptômes.

Toutefois si l’on cherche un dénominateur commun à toutes ces formes singulières, nous pouvons affirmer que le syndrome dépressif se rattache aux troubles de l’humeur. Trois groupes de symptômes se détachent d’un syndrome dépressif :

La douleur morale, c’est-à-dire l’expression directe de l’humeur dépressive : une hyper-réactivité émotionnelle négative dans le vécu quotidien, une tristesse lancinante, un pessimisme dominant, une perte d’estime de soi, l’émoussement des affects et des plaisirs, la culpabilité de ne plus investir ses relations.

Le ralentissement psychomoteur, comportant des troubles de l’attention, de la concentration et de la mémoire, l’incapacité à initier des actions, ainsi qu’un sentiment d’épuisement, de fatigabilité plus importante ou au contraire une grande agitation nerveuse quand l’anxiété domine le tableau clinique.

Les signes somatiques associés, se caractérisant par des plaintes somatiques fréquentes, des troubles alimentaires, des troubles du sommeil, de la libido. Ces plaintes représentent parfois le seul motif de consultation du sujet, et peuvent dominer le tableau, c’est le cas d’une dépression masquée.

Pour avoir une idée des critères sémiologiques qui aident un psychologue à diagnostiquer un syndrome dépressif, nous pouvons nous référer à cette échelle d’évaluation de la dépression, très employée en France depuis les années 80, l’Echelle de dépression de Montgomery et Asberg (MADRS,1979) comprenant 10 items non classés :

  • Tristesse apparente
  • Tristesse exprimée
  • Tension intérieure
  • Réduction du sommeil
  • Réduction de l’appétit
  • Difficultés de concentration
  • Lassitude
  • Incapacité à ressentir
  • Pensées pessimistes
  • Idées suicidaires

C’est une affection potentiellement mortelle car la mort est envisagée comme la seule issue à cette souffrance qui glace la personne. L’impuissance manifestée face à cette paralysie générale du corps et de l’esprit rappelle celle de l’état de détresse du nourrisson (dépression anaclitique), confronté à son immaturité fonctionnelle et dont la survie dépend entièrement de son environnement.

Quelles sont les facteurs déclenchants ? aucune réponse n’est entièrement satisfaisante. L’hypothèse d’une démission, d’une impuissance devant le conflit, devant les forces contraires imposées par la vie, est interrogée par Guy Cabrol et al. dans « Eclipse d’Eros ou triomphe de Thanatos ? », La Dépression, 2012. Le « Chaos » de la dépression (en somme l’opposé d’Eros) serait l’étape intermédiaire vers « la quiétude morte de l’existence inorganique« . Les états dépressifs seraient une régression libidinale, le désir impossible à formuler, de retour vers le ventre maternel où tout conflit est banni.

Quel est le sens d’une expérience de dépression ? On peut intégrer la position dépressive comme un élément intrinsèque au travail central de la psyché tout au cours de la vie, dans les différentes crises qui participent à la genèse du moi : de la dépression anaclitique du nourrisson aux dépressions de fin de vie, avec au milieu de ce parcours, d’autres expériences de deuil. En effet le mécanisme essentiel de la dépression s’élabore autour de la problématique de la perte ou comment admettre de perdre pour trouver un nouvel équilibre, générer de nouveaux objets d’investissement, de créativité.

Plusieurs facteurs astrologiques expriment une phase dépressive au cours d’une vie : Saturne et Pluton sont les planètes clés de la dépression, et dans le même sens une accentuation sur les signes du Scorpion ou du Capricorne est significative, ainsi que les aspects de la conjonction, du carré ou de l’opposition, entre le Soleil ou la Lune et Saturne ou Pluton. Il faut également prendre en compte la localisation de Saturne en maison 4, 8 ou 12, tout autant que la conjonction, le carré ou l’opposition Vénus-Saturne.

DEPRESSIONS

Cette personne souffre d’un syndrome mixte, c’est-à-dire qu’elle traverse successivement des phases de dépression (douleur morale et ralentissement psychomoteur) et des phases maniaques (excitation psychique et euphorie), ce qu’on appelle également le trouble bipolaire. Ce diagnostic médical ne peut être délivré que par un psychologue clinicien ou un psychiatre. A la suite de ce bilan, l’astrologue peut apporter ses compétences en décelant les indicateurs astrologiques pouvant corroborer le diagnostic et donner des éclairages sur l’origine de la douleur morale. Dans cette carte, nous remarquons d’emblée la polarité de la Lune face aux planètes conjointes : Pluton, Soleil, Uranus, Mercure, Jupiter (image symbolique de l’alternance des phases maniaco-dépressives). La Lune est la planète de l’humeur, de ses fluctuations et sa position en signe zodiacal permet de caractériser l’émotivité et la sensibilité de la personne : elle se situe en Poissons, ce qui permet de comprendre que cette personne a des besoins émotionnels infinis et donc perpétuellement insatisfaits, ce qui génère un désir profond et inconscient de régresser et de fusionner avec la matrice pour un retour à l’indifférenciation entre soi et sa mère. Cette insatisfaction affective est ravivée à chaque fois que la Lune est aspectée par un transit, d’où une fluctuation de l’émotivité. En maison 3, cette fluctuation se manifeste directement dans sa façon de communiquer avec les autres, par sa tension nerveuse. Les aspects conflictuels de la Lune confirment ce que déclare Liz Greene sur la dépression : « La Lune est un point particulièrement vulnérable du thème car elle nous renvoie à notre petite enfance et à notre mère. Les aspects natals difficiles de la Lune, en particulier avec les planètes extérieures ou Saturne, suggèrent des problèmes non résolus en relation avec la mère et ce sont souvent eux qui sont réactivés au début d’une dépression. »

Lorsqu’un thème tel que celui-ci contient une configuration qui recèle un conflit non intégré, un clivage non exploré parce qu’inconscient, il remonte à la surface de la conscience au cours du transit d’une planète transpersonnelle comme Uranus, Pluton, Saturne, voire Neptune et ce processus déclenche une dépression car l’ego n’apprécie pas de remettre le nez dans des affaires qu’il a pris soin de refouler pour préserver son équilibre. Les aspects conflictuels de Mars natal sur cette polarité, attise une colère inextinguible, mise sous couvercle (Mars en Capricorne est dans le contrôle absolu) et dont pourtant la personne doit se libérer pour sortir de ce cercle douloureux, par un travail psychothérapique. Pour Liz Greene, une dépression permet d’intégrer des parties dissociées de la personnalité, en cela elle peut être considérée comme un sauvetage psychique si on accepte de lâcher les rênes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s