CONFLIT DANS LE TRAVAIL

DANS LA TOILE D’ARAIGNEE

– Farrington ? Qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi ai-je toujours à me plaindre de vous ? Puis-je vous demander pourquoi vous n’avez pas fait la copie de ce contrat entre Bodley et Kirwan ? Je vous ai dit qu’il devait être prêt pour quatre heures. « Contreparties », Dublinois, James Joyce.

Chacun fait l’expérience de rapports de force au sein de son équipe, sur son lieu de travail : soit en tant qu’exécutant, soit en tant que donneur d’ordres, ces deux casquettes pouvant coiffer la même tête si sa position se trouve au milieu de la pyramide.

La hiérarchisation des fonctions professionnelles détermine le type de conduite adopté par l’individu : en psychologie sociale, le concept de conduite sociale d’évaluation rend compte du rôle de chacun dans le maintien de l’ordre social qui nécessite des procédures de contrôle et de régulation encadrées par des agents évaluateurs investis d’une autorité et d’une expertise (cadres, managers, chefs d’équipe…), celles de porter un jugement – à partir d’entretiens, de tests, d’observations – sur la valeur sociale (l’utilité sociale) des conduites (et de leurs résultats) d’un agent évalué (exécutants). Délivré par l’évaluateur, le jugement basé sur des critères d’appréciation socialement élaborés, fait foi pour l’ensemble du groupe. La faille se situe au niveau de ces critères d’évaluation essentiellement rapportés à des valeurs dont les composantes sont affectives et motivationnelles, en effet le degré d’utilité estimé est indissociable du rapport que l’évaluateur entretient avec l’évalué.

Le conflit s’installe quand le jugement ne satisfait pas les deux parties et a pour conséquence de rigidifier le rapport de force qui est la plupart du temps, en faveur du supérieur hiérarchique ; néanmoins il peut arriver que le pouvoir d’influence balance du côté de l’agent évalué. Toujours est-il que la relation est polarisée avec à chaque extrémité de l’axe, une personne qui focalise sur l’autre, son pôle opposé. Elle s’apparente à un phénomène électrique qui mobilise les deux pôles, positif et négatif, pour produire une énergie : en l’occurrence une énergie destructrice.

Pour sortir de cette intrication qui rappelle une toile d’araignée – les échanges étant tissés d’une violence sourde ou avérée dans le milieu réglé et tempéré du travail – il faut prendre conscience de cette polarité où chacun a un rôle et participe à son activation, car en prendre conscience c’est s’en détacher ou tendre vers…

Si l’on adopte une lecture astrologique de la problématique, il faut considérer la vie professionnelle sous deux angles : d’une part le statut socio-professionnel indiqué par la maison 10 (ce que nous cherchons activement à réaliser dans le monde), d’autre part les missions et les conditions de travail rattachées à ce statut, détaillées en maison 6 (la manière dont nous gérons nos tâches). Aussi si l’on souhaite apporter des éléments de réponse à une configuration professionnelle particulière, il faut étudier les informations apportées par ces deux maisons, les mettre en rapport, les signes qu’elles occupent, les planètes maîtresses de ces signes, les planètes hébergées dans ces maisons, leurs aspects. De plus si l’on affine la recherche pour examiner le contexte professionnel actuel d’une personne, on superposera les transits des planètes actuelles au thème natal, ainsi que la révolution solaire et les progressions significatives.

 Conflit dans le travailLe thème natal de cette personne indique une maison 10 en Poissons, un signe qui incite à rechercher une activité professionnelle fortement significative avec ses aspirations idéales (en rapport avec toutes formes de services aux autres et de dévouement ou bien de l’ordre de la créativité personnelle). Il y a un fort besoin de cohérence qui n’est d’ailleurs pas toujours conscient et rarement satisfait car le talon d’Achille du Poissons est son refus d’une réalité limitée, restreinte, rigide.

Dans ce thème, la corrélation entre les maisons 6 et 10 est immédiate puisque Neptune – planète maîtresse de la maison 10 – se situe en maison 6 : le quotidien, les obligations, la santé, les préoccupations sont principalement animés par le désir de donner du sens à son implication professionnelle en étant au service de l’intérêt collectif. Il y a un désir de transcendance et par ailleurs une réceptivité particulière aux besoins inconscients collectifs, réceptivité qui doit trouver un canal (activités artistiques, créatives) dans les tâches quotidiennes de son métier, ou dans ses activités extraprofessionnelles (domaine imaginaire ou spirituel).

Neptune reçoit de nombreux aspects positifs apportant une forte énergie dans ce domaine : Mars (l’action), Pluton (la régénération), Vénus (la créativité), Saturne (la stabilité). Ces interactions procurent une assise professionnelle solide, féconde, dynamique. Cependant cette excellente configuration doit être nuancée par l’aspect du carré entre Jupiter – maître de la maison 6 – et Mercure : cela provoque des difficultés à concilier son intuition et son mental agité, voire surmené. Ce déséquilibre va imprégner son quotidien.

La conjonction de Jupiter à la Lune noire indique un malaise ressenti dû à l’écart entre ses compétences réelles et ses attributions de niveau inférieur, le sujet n’est pas en phase avec son personnage social. Un déficit de confiance en soi en est le courant sous-jacent, et bloque ses élans d’expansion.

L’influence de cet aspect est atténuée par l’autre conjonction de Jupiter, à la Lune, qui indique tout de même une excellente intégration sociale, de la popularité sur son lieu de travail ; mais on retrouve également dans cet aspect, des aspirations, des rêves plus amples, plus vastes et aventureux, que le cadre réglé de son milieu de travail. Pour trouver un équilibre, cette personne doit chercher à intégrer dans sa vie quotidienne, cet appel profond, sans cela il se manifeste inconsciemment dans ses relations de travail.

Si l’on analyse les transits actuels, nous remarquons que Jupiter – maître de la maison 6 en thème natal – transite Saturne natal en maison 2 – secteur des compétences exploitées – et par conséquent envoie une injonction de restructurer la façon de travailler, d’harmoniser les compétences et les responsabilités. Cela ne se déroule pas sans conflits, tension nerveuse et blocages puisque ce transit réactive un carré à Mars et Uranus natals mais les autres aspects activés par ce transit, notamment à Vénus, Neptune et Pluton, apportent de la souplesse, de l’adaptation et de la conciliation dans cette nouvelle configuration professionnelle.

De plus Saturne transite Neptune natal en maison 6 et indique la même énergie, celle de refaire le point sur sa façon d’envisager les obligations professionnelles, de confronter ses aspirations au principe de réalité et de reconstruire des bases stables et réalistes tout en demeurant en cohérence avec son Soi profond ; la nécessité de redéployer son quotidien, ses charges professionnelles, son personnage social, doit être entendue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s